Publié par Un commentaire

Coeur nomade : ma réalité vraie

Les gens m’ont souvent perçue comme l’esprit libre et excentrique du groupe / de la famille… Celle qui fuit la réalité et les responsabilités. Celle qui rêve et projette un idéal sur tout ce qu’elle voit. Parce que, vous voyez, vivre à 12 000 km de chez moi veut forcément dire que je suis en vacances permanentes, imaginant ma vie plutôt que de penser au concret, au tangible, à mon futur – et rentrer dans des cases. Celle qui s’en fout de tout. Celle qui n’a même pas d’adresse postale. Celle qui vit au jour le jour, sans se soucier des choses importantes de la vie.

Alors que, pour moi, le tangible et le concret sont justement le présent, qui existe, qui est vrai, et non le futur – qui n’existera jamais puisque lorsqu’il existera, ce sera le présent…

Je n’ai pas choisi de faire du Yoga, de vadrouiller à travers la planète ou bien de surfer parce que c’est « cool », ou parce que j’avais vu quelqu’un d’autre le faire et que je voulais reproduire. Je n’ai jamais couru après cela, ces choses sont venues à moi de façon totalement naturelle alors que je suivais mes entrailles, mon intuition, vivant ma vie de la façon la plus imprévisible qu’il soit. Et aujourd’hui, je continue de vivre ainsi parce que c’est de cette façon que je guéris mon corps et mon âme. C’est ainsi que je fais vraiment l’expérience de qui je suis…

Autrefois, je travaillais en tant que journaliste à Paris. J’étais assise. J’écrivais à mon ordinateur. J’étais debout dans le métro. Je marchais dans la rue. Mes cellules dépérissaient de cette vie « carrée ». Je ne le savais pas encore, mais j’avais besoin de mouvement, de liberté, de vraie nourriture, de vrais endroits, de vrais gens, d’océan et de routes impraticables. Je me fiche du matériel et de l’argent – bien sûr, comme tout être humain, nous sommes dans le droit d’avoir des besoins, des envies, et j’en ai aussi – mais ce n’est pas la façon dont je nourris mon être. Je ne suis pas une consommatrice, je suis une créatrice. Je créé chaque pièce de ma vie de la façon qui me convient. L’imagination est mon outil le plus puissant. C’est ainsi que je me sens complète, vivante, réelle.

Je surfe parce que l’océan reflète la facette de mon être que je préfère : celle qui est en synergie avec les éléments, libre de tout, dépouillée des contraintes du monde terrestre. Et je souhaite que chacun puisse faire l’expérience de cette liberté tout autant. Je ne veux pas voir mon reflet dans le miroir ou dans la caméra de mon téléphone, je veux voir mon reflet dans les vagues, dans la nature, dans le mouvement, dans le changement, l’aventure… Mais aussi dans les yeux des âmes soeurs que j’ai la chance de rencontrer sur la route de cette incroyable expérience. Et finalement me rappeler que rien ne nous différencie, nous venons du même endroit.

C’est ça, ma “réalité”.

Une réflexion au sujet de « Coeur nomade : ma réalité vraie »

  1. Je me souviens de cette époque et c est tout de même une pétillante et créative Laura qui était la. Oh my bouddha n était que le debut d une belle aventure humaine. Mais ton âme rayonnait tout de même. Même lorsque nous vivons dans une obscurité, la lumière jaillisante du fin fond des planètes qu on incarne des notre naissance est toujours présente dans la chair. C était déjà dans ton programme ADN mdr ! Tu étais et es une lumière pour le tout Paris. Après il y a le destinée, notre légende personnelle qui nous est propre et intime. Que tu sois en train de marcher dans le bitume parisien, ou bien en train de surfer sur les plus belles vagues de Mama Ocean. Ton prenom c est LAURA. Il y a l AURA qui est une peau céleste remplie de particules de lumière lorsqu on en prend soin !
    A la fin de ce long voyage terrestre qu on crée au fil des années avec poésie, aventures, émotions et j en passe. On finit tous vers la lumière. L important c est de toujours garder sa flamme bien allumée. Continue de briller sur chaque sentier de notre terre Mère ! See u

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *