Publié par Un commentaire

Célibataire, et heureuse comme jamais

Il y a quelques jours je suis tombée sur un post de Erika Drolet, une fille super inspirante qui organise elle aussi des retraites (mais au Salvador) avec son projet Salty Souls. Dans ce post, elle déclarait être « happy, yet single ». Quand je suis arrivée à la dernière ligne, je me suis faite la réflexion que j’aurais pu l’écrire, mot pour mot, comme de nombreuses autres filles qui vivent la même chose en ce moment – je crois que nous sommes beaucoup plus nombreuses que nous le pensons !

Petit retour en arrière avant d’aller plus loin…

Fin février dernier, alors que j’étais rentrée à Bali depuis quelques semaines seulement, une urgence m’a ramenée en France. Je me demandais pourquoi la vie s’obstinait tant à ce que je sois proche des miens et loin de l’Indonésie, où je vivais depuis 4 ans… Puis le Coronavirus est arrivé, confinement, crise sanitaire. J’ai très vite compris que l’Univers m’avait mise à l’abri, là où je devais être. Aujourd’hui, cela fait plus de 6 mois que je suis rentrée en France et que j’ai mis un terme à ma relation d’un an et demi avec quelqu’un que je pensais vraiment être l’homme de ma vie. C’est donc la première fois, depuis des années, que je suis vraiment célibataire. Et je n’ai jamais été aussi épanouie.

Depuis mon premier amour, j’ai toujours (ou presque) été en couple. Mes deux plus longues relations ont duré chacune 4 ans. Et quand je n’étais pas dans une histoire d’amour, j’ai toujours eu quelqu’un en tête, de près ou de loin. Donc jamais vraiment seule… Même si, il faut le dire aussi, on peut être en couple ; sortir avec quelqu’un ; fréquenter un ami… peu importe, et traverser toutes les tempêtes de la vie totalement seule – ce qui a presque toujours été mon cas, d’ailleurs. Cette dernière relation d’un an et demi m’a, de plus, vraiment mise à l’épreuve – peut-être qu’un jour j’en parlerai plus longuement, je n’ai pas encore décidé. Quoi qu’il en soit, j’ai mis énormément de temps à faire le deuil de cette personne, cela ne m’était d’ailleurs jamais vraiment arrivé. Mais depuis que j’ai pardonné et que je me sens totalement libérée de cette relation finalement profondément toxique, tout a changé dans ma vie, à commencer par la façon dont je me traite… Et je ne me suis jamais autant sentie alignée et bien avec moi-même.

Pourtant, je dors seule, toutes les nuits. Je passe toutes mes journées seules aussi. Bien sûr, je suis par ailleurs très entourée, mais c’est différent. Ma vie sentimentale n’est plus du tout ce qu’elle était… C’est comme si il n’y avait personne et en même temps, je n’ai jamais eu autant le choix ! Vous êtes sûrement d’accord avec moi pour dire que les familles d’âmes se réunissent en ce moment. Bref, je suis donc sollicitée mais je n’ai pas le temps d’être avec quelqu’un, car je n’ai déjà pas suffisamment de temps pour faire tout ce que j’ai en tête, écrire toutes les choses que j’ai à raconter, acheminer toutes les énergies qui me traversent en ce moment, lire la pile de livres entassés sur mes étagères, prendre soin de moi, voir mes amies, consacrer du temps aux personnes avec qui je suis en contact tous les jours via mes activités. Et je me sens toute aussi excitée – sinon plus ! à l’idée de faire tout cela que si j’allais à un rendez-vous avec l’homme de mes rêves. En fait, c’est même encore mieux, parce qu’il n’y a personne pour contester mes choix ou m’interrompre pendant que je fais tout ça.

Alors non, je suis désolée, être célibataire à 31 ans n’est pas un fardeau. Comme à tous les autres âges, d’ailleurs. Ce qui est un fardeau, en revanche, c’est se sentir seule et incomprise dans une relation allant à sens unique. Rentrer à la maison avec le cœur serré parce qu’on ne sait pas ce qu’on va trouver. Donner, donner, donner sans jamais recevoir – à part des coups, des mensonges ou encore des trahisons. Ce sentiment d’être emprisonnée dans une réalité que l’on finit par subir et par détester, l’âme en peine… Avec l’envie de fuir mais l’incapacité de le faire par peur d’être seule, mais aussi par amour de voir en l’autre son potentiel. Potentiel dilapidé par l’ego et donc potentiel perdu. Certes, ce n’est pas le cas de toutes les relations et heureusement. Beaucoup ont trouvé l’amour, ils sont heureux et c’est tant mieux ! Mais il faut arrêter d’idéaliser le concept de la vie à deux car ce n’est pas nécessairement une source de joie ou d’épanouissement. Cela peut même être tout le contraire…

D’autre part, l’amour romantique n’est pas la seule forme d’amour qui existe, au contraire. Il existe une autre forme d’amour, intouchable, inconditionnelle et beaucoup plus exaltante. L’amour d’être en vie, d’être soi, d’être ici. C’est cet amour là qu’il faut cultiver. C’est lui qui nous transforme et qui transforme notre réalité. C’est lui qui nous élève et qui élève le monde. C’est un mode de vie, une manière d’être, une vibration. Et cette vibration se créé quand on est SEULE. A nous ensuite de faire le choix, éventuellement, d’inviter quelqu’un dans notre vie pour partager cette vibration à deux – mais en aucun cas il ne faut espérer que l’autre soit la source de notre complétude, c’est une illusion. L’autre vient attiser le feu, mais le feu est déjà là et il brûle très bien sans aucun autre carburant. Et je peux vous assurer qu’une fois qu’on a atteint cette fréquence, cette relation avec soi et avec le monde, une fois qu’on est devenu son propre “combustible”, on est tellement bien qu’on y réfléchit à deux fois avant de laisser quelqu’un pénétrer notre vie et potentiellement rompre cet équilibre.

Je vous souhaite à toutes de vous donner beaucoup d’amour. D’être vos meilleures amies. De vous emmener en « date », de vous dorloter, de prendre soin de vous et les unes des autres. Laissez tomber cette croyance qu’il faut à tout prix rencontrer l’être aimé. Vous êtes l’être aimé ! That’s all.

Love,
L.

Une réflexion au sujet de « Célibataire, et heureuse comme jamais »

  1. C’est ce que j’ai partagé récemment sur mon compte Instagram Shamane -sourcière …
    Souvent il y a confusion entre «seule» et « solitude » , ce dernier avec une énorme charge émotionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *