Publié le Laisser un commentaire

Génération Pluton en Scorpion (nés entre 1983-1995) : les âmes qui changent le monde

Nés entre novembre 1983 et novembre 1995 ? Vous vous êtes incarnés pendant que la planète Pluton séjournait dans le signe du Scorpion, dont les deux énergies de mort et de renaissance sont si particulières, et faites donc parties d’une génération porteuse de transformations radicales. Transformations qui ont lieu aujourd’hui….

Vous souvenez-vous de votre enfance ? Je veux dire, pas d’un point de vue nostalgique mais plutôt traumatique. Toutes ces blessures terribles qui vous ont faites tant souffrir – l’abandon, le rejet ou encore la trahison ; ces désirs très étranges et parfois même un peu honteux ou bien tabous qui vous ont traversés ; cet éveil sexuel particulièrement précoce ; ces changements soudains et dramatiques qui ont ponctués vos premières quinze années… Bref, ces montagnes russes émotionnelles que vous avez endurées tout au long de votre enfance – et, finalement, tout au long de votre vie. Bienvenue dans la génération Pluton en Scorpion, c’est à dire tous ceux qui sont nés entre novembre 1983 et novembre 1995 !

Pluton est une planète lente, elle met jusqu’à 20 ans pour passer d’un signe à l’autre. C’est donc une planète qui, en prenant place dans le zodiaque, influence toute une génération. Elle fait partie des trois planètes qui ont un impact sur le collectif d’après l’Astrologie – avec Neptune et Uranus. Son rôle est directement lié à la notion de pouvoir, puisqu’elle est la planète des pulsions sexuelles, de la mort, de la transformation et de tout ce qui est caché profondément en dessous de la surface. C’est la planète du Scorpion, qui règne en maître sur le royaume des abîmes. Il y a donc comme quelque chose de « fatal », quand Pluton est « chez elle » c’est à dire dans ce signe d’eau – ce qui concerne donc toute la génération de ceux qui sont nés entre novembre 1983 et novembre 1995. De toute évidence, cela ne veut pas dire que dans un autre signe (comme celui de la Balance où elle était pour la génération d’avant) elle ne continuerait pas de faire son travail – c’est à dire de transformer en travaillant dans l’ombre. Cependant, les choses sont totalement différentes quand cette planète transite dans son signe maison du Scorpion.

Si ce concept est encore difficile à comprendre pour vous ou bien que cela vous paraît trop abstrait, posez-vous la question suivante : où vous sentez-vous le plus confortable, chez vous ou chez un étranger ? C’est exactement pareil pour le positionnement des planètes en Astrologie. Pluton gouverne le Scorpion. Ensemble, leurs deux énergies sont comme décuplées… Etant donné que leurs énergies sont particulièrement compliquées à endurer, pour l’une comme pour l’autre, c’est une combinaison difficile.

90’s : le mal de vivre

Un des meilleurs exemples pour représenter la génération Pluton en Scorpion, ce sont le début des années 90 et toutes leurs influences. Parmi elles, des symboles comme Kurt Cobain, pour ne citer que lui, chanteur de Nirvana dont tout le monde a retenu les musiques qu’il interprétait écorché vif et le suicide en 1994. Un acte qui, d’après les chiffres de la même année aux Etats-Unis, auraient inspiré beaucoup de cette génération à commettre le geste irréparable – plus de 30 milles pour être exact. Comment a-t-il pu avoir une telle influence sur la jeunesse ? Est-ce parce qu’il était lui aussi en souffrance, et que ses textes entraient particulièrement en résonance avec cette génération blessée ? Un peu facile comme explication… Du coup, j’ai fait mes petites recherches, et devinez quelle était l’une des trois planètes dominantes dans le thème natal de Kurt Cobain ? Pluton, bien sûr, qu’il avait dans sa Maison 12 : c’est à dire la Maison du mysticisme. Quand Pluton fait parti des planètes dominantes dans un thème, on peut se sentir étranger au monde dans lequel on vit, on a du mal à se conformer aux modèles dictés par la société, on peine à remettre les choses en perspective… Ring a bell ?

De notre côté du globe, nous avons grandi devant nos écrans avec des “Trilogies du Samedi” – “Buffy contre les Vampires”, “Charmed” et compagnie – et d’autres trilogies tout aussi sanglantes comme les films de la saga “Scream”, ‘Souviens-toi l’été dernier’, ou encore des livres de poche issus des collections “Chair de poule” et, plus tard, dans un registre moins glauque mais tout de même : “Happy Potter à l’école des sorciers”… Bref, les thématiques de la mort, des forces occultes, du sexe, des choses tabous… étaient omniprésentes. Certes, ce n’était pas nous qui décidions de produire ces histoires-là, mais c’était nous qui les regardions, qui les adorions et qui faisions qu’au final, ces énergies étaient nourries. C’était donc tout naturel que les auteurs de l’époque aient puisé leur inspiration dans nos esprit mélancoliques, notre fascination (assumée ou non) de la mort et de l’occulte.

Blessure d’abandon & dettes karmiques

Notre génération a par ailleurs fait l’expérience de nombreux traumatismes – dont le but ultime était en réalité d’induire la métamorphose, car c’est ce que fait Pluton. Parmi ces-derniers, des blessures d’abandon et de rejet, alors que nous avions pour la plupart grandi avec des parents divorcés, dans des familles déchirées. Nos peurs inconscientes d’être délaissés, renforcées par l’absence de ceux que nous aimions / des abus de ceux qui étiez censés nous protéger / des crises devenue routinières, de la violence, un climat anxiogène, des drames à répétition… Les blessures induites par les forces plutoniennes sont souvent les mêmes : une figure paternelle absente (travail, divorce, distance émotionnelle, distance physique…) avec, de ce fait, une mère elle aussi « abandonnée » (du moins c’est ainsi qu’elle le vit) qui transmet à son enfant ses propres peurs ; la perte d’un être cher voire plusieurs et, donc, un enfant totalement livré à lui-même, privé du sentiment de sécurité et d’encadrement ; et, enfin, la trahison qui va causer chez l’être une absence totale de confiance en lui-même et en ceux qui l’entourent.

Notre génération a donc souffert à la maison, mais aussi à l’école… Si vous avez déjà questionné vos parents et vos grands-parents, vous le savez : les jours de classe n’étaient pas aussi cruels à leur époque que ce que nous avons pu connaître. La notion de pouvoir était…comment dire… très particulière dans nos cours de récréation. Nous avons tous vu un ou bien plusieurs camarades souffrir parce qu’ils étaient laissés pour compte / bizutés / maltraités / moqués… quand ce n’était pas nous. Bien sûr, je ne dis pas que cela ne se produisait pas déjà à l’époque de nos aïeux. Mais tous ces phénomènes, ces énergies de pouvoir exercées dans l’ombre, sont vraiment symptomatiques de notre génération.

D’un point de vue Astrologique, rien de tout cela n’est le fruit du hasard. Notre plan d’incarnation repose sur des dettes karmiques qui doivent être nettoyées, qu’elles soient en lien avec notre famille ou bien avec le collectif – d’ailleurs les deux sont liés au final. Quel que soit le signe dans lequel elle réside, la planète Pluton incarne le but collectif des âmes : un processus inconscient qui conduit une génération toute entière à approcher certaines choses de manière habituelle et compulsive. C’est notre signature énergétique en tant que génération… Et elle englobe toute les blessures karmiques de ceux qui sont venus avant nous – nous ne sommes donc pas vraiment responsables du poids que nous portons sur nos épaules, que nous avons par ailleurs choisi de porter – et ces difficultés en lien avec le pouvoir que nous connaissons tous. D’un point de vue individuel, cette énergie nous pousse finalement à évoluer, à changer, à transformer. Et ces efforts individuels forment tous ensemble un mouvement collectif, dont le but est de contribuer de manière significative à une métamorphose sociétale.

Changements dramatiques & évolution cosmique

Que nous ayons possédé ce pouvoir, que nous l’ayons perdu, ou bien tenté de l’obtenir ; que nous en ayons abusé ou bien que nous ayons souffert, nous sommes venus pour en faire l’expérience… Pour info, le Scorpion est « tout ou rien »: on a donc au choix embrassé ce pouvoir et sa dynamique d’évolution, ou bien totalement rejeté ce-dernier. L’une des issues que l’archétype du Scorpion partage avec celui de la Vierge est la sensation de manquer. Mais contrairement à la Vierge, qui va chercher à compenser en se tournant vers l’intérieur et en cherchant un axe d’amélioration, le Scorpion va chercher à l’extérieur une entité, une énergie, un symbole avec lequel il va tenter de fusionner parce que ce symbole possède, par exemple, ce que le Scorpion pense manquer. Il va alors chercher l’osmose, devenant cet autre, fusionnant avec lui, aspirant son pouvoir et, ainsi, se transformant. C’est de cette façon que le Scorpion induit la métamorphose, et évolue.

Pourquoi je vous parle de tout cela aujourd’hui ? Parce qu’il est évident que nous sommes au cœur des changements implantés par notre génération et que l’humanité expérience actuellement des transformations dramatiques dans sa perception de la réalité – oui, nous évoluons vers la 5D, ce qui passe par un écroulement total de tout ce que nous connaissons. La façon dont nous nous identifions au futur, la façon dont nous le structurons, est en pleine métamorphose. Et nous sommes venus pour contribuer à cette évolution des consciences et de l’expérience humaine.

En tant que génération Pluton en Scorpion, nous portons en nous la signature, l’empreinte énergétique nécessaire à la création d’un changement majeur dans notre perception. Mais pour que celle expérience se manifeste, pour qu’elle passe d’un potentiel à la réalité, nous devons traverser nous-mêmes, d’un point de vue individuel, la métamorphose. Nous devons transformer nos karmas, afin d’activer l’expérience directe et spirituelle de l’éveil – il est impossible d’évoluer depuis une perception plus élevée sans s’être élevé soi-même. L’individu doit d’abord s’ancrer en premier dans le changement avant que ce-dernier n’atteigne le collectif. La conscience doit d’abord évoluer avant que le changement ne puisse se ressentir dans la matière, dans le monde physique et matériel. Et avec les énergies qui nous traversent actuellement, cela ne fait aucun doute que l’opportunité nous est donnée aujourd’hui d’opérer ces changements nous. On ne peut plus attendre : nous sommes venus pour vivre au niveau de l’âme. Or il est impossible, avec de telles configurations dans le ciel et de telles circonstances dans le monde physique, que nous ignorons cet appel.

A toute cette génération qui est aussi la mienne : merci d’être là et d’aider ce changement à prendre forme en réformant totalement vos vies, mais surtout en réformant totalement l’humanité.

Send you love,
L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *